Onco-Cardiologie

Share on

Onco-Cardiologie

Que veut dire Onco-cardiologie ?

Les cancers et les maladies cardiaques sont fréquemment observés après l’âge de 50 ans, atteignant des taux maximaux aux âges avancés. Durant ces 20 dernières années, on a commencé à observer des cancers et des maladies cardiaques ayant un âge d’apparition plus précoce. Etant donné que les jeunes d’aujourd’hui feront partie des personnes âgées dans 20-30 ans et que notre pays a la population la plus jeune de tous les pays européens, il y aura évidemment une augmentation importante du nombre de personnes âgées et en parallèle du taux de maladies chroniques comme le cancer et les maladies cardiaques. Il existe par ailleurs, une forte probabilité d’observer les deux pathologies chez un même patient qui se trouve fréquemment dans ces mêmes tranches d’âge.

Comme pour d’autres pays dans le monde et depuis de nombreuses années, les maladies cardiaques et les cancers constituent les deux principales causes de décès dans notre pays. Afin d’augmenter les chances de traiter le cancer et de réduire les risques, il est important d’évaluer la santé cardiovasculaire durant la phase de planification de la chirurgie, de la chimio ou radiothérapie et de traiter les éventuels troubles cardiaques le plus tôt possible. Ceci permettra de réduire le risque de complications graves comme le risque lié à l’anesthésie durant la chirurgie et les effets secondaires liés au traitement médicamenteux. Il permettrait au patient d’avoir une meilleure qualité de vie plus longtemps.

Quels effets observe-t-on au niveau cardiaque suite au traitement d’un cancer ?

Grâce à l’efficacité des dernières chimiothérapies, de radiothérapies ciblées comme le Cyberknife et le Truebeam ainsi que de procédures chirurgicales robotisées plus simples et à faible risque, de nombreux patients cancéreux connaissent une rémission, une meilleure qualité de vie et une durée de vie prolongée. A fortes doses, l’utilisation de ces puissants traitements comporte plus de bénéfices que d’effets secondaires mais augmente également l’incidence d’effets adverses au niveau d’autres organes. Les troubles cardiaques provoqués par les médicaments de chimiothérapie en sont l’une des conséquences les plus graves et les moins souhaitables. On les nomme « cardiotoxicité ». De nombreux cancers du sein, du testicule, le lymphome de Hodgkin et d’autres types de cancer peuvent être bien traités lorsqu’ils sont diagnostiqués à un stade précoce. Cependant, les troubles cardiaques qui surviennent chez ces patients suite au traitement réduisent leur espérance d’une vie longue et confortable.

Quels sont les facteurs de risque?

Les problèmes cardiaques, selon le traitement (à savoir de toxicité cardiaque) ne sont pas observés dans chaque patient. Il y-a quelques facteurs qui spécifient ce risque. Le premier est le renseignement au sujet du traitement comme le type, les méthodes, les doses de médicaments de chimiothérapie administrées et   de savoir si la radiothérapie a été appliquée à l’avance ou non. Par exemple, certains médicaments de chimiothérapie peuvent causer une  insuffisance cardiaque chez 25% des patients (un patient sur quatre) et certains d’entre eux peuvent causer de l’hypertension  à un patient  sur deux  (environ 50%). Les maladies cardiaques les plus courantes sont congestive : défaillances cardiaques, l’hypertension, arythmie, crises cardiaques et péricardite, qui peuvent être observés pendant le traitement et après de nombreuses années.

Le second déterminant du risque de développement des problèmes cardiaques sur le patient en fonction des médicaments,  sont les facteurs suivant : l’âge du patient, la présence d’une maladie cardiaque et de l’existence de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. De graves problèmes cardiaques, selon le traitement du cancer se développent à un niveau plus élevés chez les patients qui ont eu une crise cardiaque ,  maladies cardiaques, des défaillances cardiaques congestives, de  l’hypertension,  maladies des valves cardiaques et  arythmie. Ces maladies doivent être déterminées avant d’initier le traitement du cancer et du suivi, et les plans de traitement doivent être effectués en conformité avec le programme de traitement et le type de la maladie cardiaque. Les maladies cardiaques peuvent devenir plus sérieuses avec le traitement du cancer, et cette situation peut conduire à l’interruption, voire l’annulation du traitement. Le sujet d’interrompre ou d’arrêter les médicaments de chimiothérapie, qui sont d’une importance vitale pour le patient, est considéré comme le dernier recours par les cardiologues et oncologues. Parfois, il y-a des groupes spéciaux de patients dont nous devons poursuivre la chimiothérapie  , car il est d’une importance vitale, même si elle a de graves effets secondaires sur le coeur. Cependant, ces patients doivent être suivis et traités avec l’étroite coopération des départements de cardiologie et oncologie. Les diagnostics, traitements et suivi avec les proches  des patients à risque sont faites systématiquement avant les étapes de l’interruption de la chimiothérapie ou le report d’une tentative chirurgicale ou une radiothérapie.

Tout en éliminant  les cellules cancéreuses, la chimiothérapie constitue également une insuffisance  cardiaque congestive en provoquant des dommages fonctionnels, temporaires ou permanents du muscle cardiaque, qui fonctionne et produit de l’énergie activement  pour les cellules saines, et effectue le devoir de pompage du sang vers les autres organes. La partie la plus importante du travail est que le risque doit être déterminé et traitée avant que  l’insuffisance  cardiaque congestive apparaît. Les dégâts ne peuvent être réparés avec un diagnostic précoce identique à celui du cancer, et si le diagnostic est fait 6 mois après le développement des dommages, l’insuffisance cardiaque devient irréversible. Pour ces  raisons, les oncologues doivent être conscients du début des dommages cardiaques et de contacter les cardiologues en suivant étroitement certains indicateurs. Afin d’augmenter la sécurité du traitement, les oncologues doivent choisir r les personnes qui vont utiliser les médicaments (qui présentent des risques élevés d’insuffisance  cardiaque) et qui ont des maladies cardiaques  au cours de leurs premiers examens, et devrait prendre une décision sur la nécessité d’un suivi par des cardiologues pour l’évaluation des  conditions du  cœur  avant le traitement.

Quel genre de système est appliqué à  Anadolu Medical Center?

Bien qu’il y ait une communication basé sur le cas suivi  du traitement et l’oncologie-cardiologie, sans la coopération cardiologie-oncologie précédemment cité , à partir du dernier trimestre de l’année 2012, les patients atteints de cancer sont systématiquement etrégulièrement suivis et traités par le service d’oncologie et de cardiologie avec succès et en toute sécurité.

Le sujet le plus important à ce stade est d’établir une communication solide entre les oncologues et les cardiologues. En ce sens, des rencontres multidisciplinaire  sont tenues de fournir une bonne communication dans l’environnement polyclinique, de planifier des visites conjointes pour les patients hospitalisés, les réunions du conseil et le partage des informations, afin de déterminer les moindres  risques aux patients et de planifier leurs suivis. Les suivis sont effectués pour les patients externes, mais les patients hospitalisés sont également observés de près afin d’éviter les complications cardiaques.

Ce qui a été fait dans les plates-formes internationales à cet égard?

Coopération de la cardiologie et de l’oncologie est d’une importance vitale pour assurer la réussite du traitement et sa fiabilité,  et les normes de vie longue et de qualités pour le patient. Étant donné que ces maladies sont observées dans les mêmes groupes d’âge ces 2-3 dernières années, les départements travaillent systématiquement sous le nom de “onco-cardiologie» ou «cardio-oncologie» ont été mis en place afin de réduire le risque de l’opération avant la chirurgie du cancer , et diminuer les dommages causés par les médicaments pour le coeur au cours de la chimiothérapie, de fournir un traitement avec un diagnostic précoce et de déterminer et de réduire les impacts de la radiothérapie sur le cœur, qui est appliquée au niveau  de la poitrine. Par exemple, les centres de cancérologie américains très importants comme MD Anderson, Sloan Kettering, Vanderbilt, Cleveland Clinic, Harvard et  l’Institut Européen d’Oncologie  ont actualisé ces départements dans les 2-3 dernières années. 11 cardiologues, 6 médecins assistants et 5 assistants de rotation de cardiologie travaillent dans le MD Anderson. La Société internationale Cardio-Oncologie a organisé son congrès en Novembre 2012. Un des produits les plus importants de cette organisation qui a été établie par ces centres renommé de cancérologie américains et européens, est la ligne directrice, qui a été préparé pour l’oncologie médicale  par l’Association Européenne avecces méthodes de traitement suivante et sur les patients atteints de maladies cardiaques et du cancer. Notre hôpital est un centre dans lequel la chirurgie du cancer est souvent appliquée, département d’oncologie médicale exploite intensivement, la radiothérapie est appliquée avec succès avec des dispositifs avancés, des soins intensifs est donnée dans les départements  hématologieoncologie et de  transplantation de moelle osseuse et  toutes sortes de traitements contre le cancer sont appliquées fréquemment.

Nos médecins

 

Histoire des patients

Histoire
de nos patients 
Visualiser   Lire
 

Tous les droits sont réservés
au Groupe Anadolu
Copyright © 2014