Transplantation de Moelle Osseuse

Share on

Transplantation de Moelle Osseuse

Le centre de greffe de moelle osseuse (Cellules souches) du Centre Médical Anadolu comporte une consultation externe Moelle Osseuse, une unité d’hospitalisation Moelle osseuse, un laboratoire de typage HLA, un laboratoire d’hémaphérèse et un laboratoire de préparation et de cryoconservation des cellules souches. Les cancers sont diagnostiqués grâce aux techniques de biologie moléculaire comme la cytométrie en flux et la PCR ce qui permet de surveiller de près l’efficacité du traitement. Les spécialistes étudient le profil de risque moléculaire du patient puis développent un programme de soins adapté spécifiquement à l’individu.

Maladies ayant une indication de traitement par la greffe de moelle osseuse

• Leucémie myéloblastique aiguë
• Leucémie lymphoblastique aiguë
• Lymphome non hodgkinien
• Lymphome de Hodgkin
• Myélome multiple
• Syndrome myélodysplasique
• Leucémie myéloïde chronique
• Leucémie lymphoïde chronique
• Anémie aplasique
• Hémoglobinurie paroxystique nocturne
• Amylose primaire
• Cancers solides: cancer testiculaire, cancer de l’ovaire / sarcome d’Ewing
• Maladies héréditaires: Hémoglobinopathies
• Maladies autoimmunes (Sclérodermie, Lupus, Polyarthrite Rhumatoïde)

La procédure de greffe de moelle osseuse

De la prise de décision de greffer, en passant par le bilan pré-greffe, l’hospitalisation et jusqu’à la surveillance à long terme, la procédure de greffe nécessite un certain nombre d’étapes. Avant la procédure, le coordonnateur de la greffe présente des informations détaillées au patient et répond à toutes ses questions concernant la procédure; un rendez-vous sera programmé pour un bilan initial à la polyclinique de greffe de moelle osseuse. Les spécialistes de la transplantation informeront le patient des complications potentielles, du taux de réussite et des résultats à long terme. Les résultats de l’évaluation à la polyclinique permettront de procéder à la greffe. On demandera au patient de signer un formulaire de consentement éclairé. La procédure débutera par des tests de préparation de la greffe.

Evaluation initiale

L’évaluation commence par un rendez-vous avec le médecin greffeur à la clinique externe de greffe de moelle osseuse. Lors de la consultation :

Le médecin détaille l’ensemble des antécédents médicaux et des traitements du patient, discute des options thérapeutiques et fournit des informations sur le programme de soins recommandé.

L’infirmière coordonnatrice de la greffe présentera au patient le service de greffe de moelle osseuse.

L’infirmière coordonnatrice orientera le patient vers le service adapté pour régler les démarches de couverture médicale ou d’obtention d’un avis supplémentaire. On demandera au patient de signer un formulaire de consentement éclairé après avoir accepté d’être greffé. Les étapes suivantes débuteront suite à la signature du formulaire :

1. Prévisionnel
Le choix d’une personne de confiance:Le patient choisi un ami ou un proche pour l’aider dans toutes ses démarches : surveiller son état de santé, offrir un soutien physique, l’aider à se procurer et à prendre ses médicaments, effectuer les démarches administratives à l’hôpital, faire le lien avec le médecin et l’infirmière et apporter un soutien affectif et psychologique. L’infirmière coordinatrice de la greffe formera cette personne à toutes ces responsabilités.
Habiter à Istanbul ou Kocaeli Le patient sera informé qu’il doit habiter à proximité de l’hôpital entre 1 et 4 mois après la greffe. L’équipe de transplantation l’aidera à prendre les dispositions nécessaires.
Soutien financier : Des dispositions financières sont prévues pendant toute la durée de la procédure de greffe.

2. Se préparer à la greffe
Choisir un donneur

Greffe allogène : La première étape pour une greffe allogène est de trouver un membre de la fratrie ou un parent ayant un typage HLA compatible.

Greffe autologue: Dans la transplantation autologue, le patient lui-même est le donneur.

En fonction de son état de santé et du diagnostic, l’équipe de transplantation déterminera le type de mobilisation de la moelle osseuse ainsi que le moment et la méthode utilisés.

Examen du donneur au Centre Médical Anadolu : le donneur (patients, fratrie, etc.) est d’abord examiné à l’hôpital.
Première visite : Le médecin et l’infirmière évalueront le patient à la polyclinique de greffe pour préciser ses antécédents, effectuer un examen clinique et des bilans sanguins et pour lui présenter le service de greffe.

Information du donneur et des parents du patient : Le médecin et l’infirmière prendront rendez-vous le lendemain avec le patient et sa famille/ses amis pour expliquer la procédure de greffe, ses bénéfices et ses risques puis prendront le temps nécessaire pour répondre aux questions.

Bilan : Des examens ambulatoires seront effectués pendant 1-2 semaines afin de déterminer l’état de santé général du patient, des examens complémentaires comme l’aspiration de moelle osseuse, la radiographie pulmonaire, l’ECG et le type de mobilisation de cellules médullaires si la greffe est autologue. La procédure de mobilisation pourra s’étendre sur une période de 7 à 20 jour en fonction de la méthode choisie.

3. Procédure de préparation
Le patient sera admis à l’hôpital pour subir un traitement comportant une chimiothérapie et/ou radiothérapie. Ce traitement est conçu spécialement par le médecin pour éradiquer complètement (myéloablatif) ou partiellement (appelé aussi d’intensité réduite ou non-myéloablatif) les cellules de la moelle osseuse. La durée du traitement sera différente selon chaque type de maladie ; il se poursuivra en moyenne pendant 2 à 8 jours. Ce traitement va affaiblir le système immunitaire, laissant le patient vulnérable aux infections. Ce traitement provoquera des symptômes comme des nausées, des difficultés de déglutition, des maux d’estomac, de la fatigue et la perte d’appétit. Des mesures préventives seront mises en place pour minimiser l’inconfort.

4. Greffe de cellules souches

1 ou 2 jours après la fin de la procédure de préparation, les cellules souches seront perfusées comme pour une transfusion sanguine.
Que la greffe soit autologue ou allogène, les cellules médullaires ou les cellules souches recueillies auprés d’un donneur puis congelées seront dégelées au lit du patient après les préparatifs nécessaires. Elles seront ensuite administrées par voie intraveineuse via le cathéter central.

Les cellules de moelle osseuse ou les cellules souches de sang périphériques peuvent être recueillies directement du donneur et administrées directement au patient sans être congelées. Le donneur commencera le régime de mobilisation avant la greffe. La moelle osseuse sera recueillie le jour de la greffe et administrée par voie intraveineuse sans congélation.

La moelle osseuse du donneur sera prélevée en salle d’opération le jour de la greffe et infusée au patient sans délai. Ce serait la meilleure méthode pour les patients atteints d’anémie aplasique ou de leucémie myéloïde chronique.

5. Attendre que la greffe prenne
La prise de greffe est l’incorporation réussie de la moelle osseuse dans l’organisme de l’hôte entraînant la production de cellules sanguines. Ce processus pourra prendre entre 10 et 35 jours. La complication la plus importante durant cette période serait l’infection ou des saignements. La greffe de neutrophiles est réussie lorsqu’on obtient plus de 500 neutrophiles pendant deux jours consécutifs. La greffe de plaquettes est réussie lorsqu’on obtient plus de 20 000 pendant deux jours consécutifs. Le délai de prise des neutrophiles peut être diminué de 2-3 jours en utilisant des facteurs de croissance appelés G-SCF. Le patient sera hospitalisé pendant cette période. Après la prise de greffe, les conditions et la date de sortie seront déterminées en fonction de facteurs comme l’infection, l’utilisation de médicaments intraveineux et une alimentation orale adéquate.

6. La guérison après la greffe
Les premiers signes de guérison après la greffe apparaîtront après environ trois mois. Cette période se passera près de l’hôpital à Istanbul ou à Kocaeli. Le patient sera convoqué à l’hôpital pour des bilans sanguins réguliers (hebdomadaires voire plus souvent) durant cette période. La personne de confiance devra être prête à aider le patient durant cette période. Le patient et la personne de confiance seront formés pour cela. Un médecin ou une infirmière pourra être contactés par téléphone à tout moment pendant cette période, que ce soit pour une question ou une complication. Les contrôles seront moins fréquents à mesure que le patient récupère.

7. Suivi post-guérison à long terme
Lorsque la prise de greffe est complète et que le processus de guérison commence, le patient et la personne de confiance seront informés du suivi au long terme de la greffe. Le patient bénéficiera d’un bilan approfondi et d’un compte-rendu pour son médecin traitant afin qu’il en assure le suivi. Le rendez-vous de sortie aura lieu avec la participation du médecin et de l’infirmière qui informeront le patient et la personne de confiance de manière détaillée sur les choses à faire, les situations qui nécessitent une notification, les paramètres de surveillance, le style de vie, l’alimentation et l’activité physique. Le médecin référrent effectuera le suivi à long terme. En général, le patient sera convoqué pour une première évaluation après environ trois mois. Le programme de surveillance à long terme sera adapté à chaque patient en fonction de ses médicaments, du degré de récupération du système immunitaire, du développement ou non de la maladie du greffon versus l’hôte et d’autres complications. Les patients seront également convoqués pour participer à un programme de vaccination 12 et 24 mois après la greffe.

Bonnes pratiques pour les patients bénéficiant d’une greffe de moelle osseuse

Ces règles et recommandations ont été conçues pour vous guider ainsi que votre famille.
• Respectez l’ordonnance du médecin au niveau des prises de tout médicament.
• Veuillez respecter vos rendez-vous réguliers de contrôle. Présentez-vous strictement à jeun, sans avoir pris vos médicaments.
• La chimiothérapie va amoindrir le fonctionnement optimal de votre système immunitaire pendant environ un an. Il est donc important de faire attention à votre hygiène personnelle, à votre nutrition, au port d’un masque de protection et à limiter les visites, les poignées de main et les relations sexuelles durant toute cette année.

Recommandations de vie quotidienne:

•Votre maison doit être particulièrement propre après la greffe. Le patient doit occuper une chambre à part et tous les nids à poussière comme les tapis et les rideaux doivent être enlevés de cette pièce. Vous ne devez nettoyer et aérer la chambre du patient que lorsqu’il est absent Si la chambre/maison ne dispose pas de chauffage central, assurez-vous de n’allumer et de ne nettoyer le poêle que lorsque le patient est à l’extérieur de la chambre. Veillez à ce que la température de la chambre reste constante.
• La chambre du patient doit être à l’écart de toute activité de travaux intérieurs/ construction extérieure.
• Toute plante d’intérieur et tout animal de compagnie, y compris les chats, les chiens, les poissons et les oiseaux doivent être bannis de la maison pendant une année en raison du risque d’infection.
• Assurez-vous que le reste de la maison soit aussi propre et aussi bien rangé.
• Faites attention à l’hygiène des mains, se laver au moins deux fois par semaine, allouez une serviette à l’usage exclusif du patient, aucune autre personne ne doit s’en servir. Lavez et repassez cette serviette après chaque utilisation. Préférez les douches aux bains. N’utilisez que des savons hydratants.
• Utilisez les serviettes en papier pour les mains et l’hygiène du visage.
• Ne pas recevoir d’invités les 100 premiers jours. Réduire autant que possible le nombre d’invités durant la période suivante. S’abstenir de contacts rapprochés y compris les baisers, les câlins et les poignées de main.

Changez la literie du patient au moins deux fois par semaine et aérez souvent le matelas.
• N’utilisez pas d’oreillers en laine ou en plumes.
• Assurez-vous que tous les vêtements neufs ont été lavés avant d’être portés. S’abstenir du velours ou de la fausse fourrure.
• Assurez-vous que le patient utilise deux masques lorsqu’il voyage ou lors des sorties à l’extérieur.
• Le patient ne doit pas nager pendant un an (en mer ou à la piscine) et ne doit pas utiliser le sauna.
• Évitez tout exposition solaire direct pendant un an. Toute promenade à l’extérieur doit s’effectuer au crépuscule.

• Les femmes ne doivent pas s’épiler pendant un an. Les crèmes dépilatoires peuvent être utilisées si le médecin l’approuve.
• Faites très attention à l’hygiène lors de la coupe des cheveux du patient.
• Brossez vous les dents avec une brosse à poil doux 3 fois par jour. Essayez de ne pas faire saigner les gencives.
• N’utilisez pas de déodorants, de parfums, de maquillage ou de teintures capillaires pendant un an.
• Pas de tabac ou de consommation d’alcool. Évitez les environnements enfumés, poussiéreux et sales.
• N’entrez pas en contact avec des personnes qui ont un rhume, la grippe ou d’autres infections.
• Consultez immédiatement un médecin lorsque vous constatez une quelconque anomalie comme des saignements, des ecchymoses ou un oédème à n’importe quel niveau du corps.
• Habillez-vous en fonction du climat. Évitez de tomber malade.
• Les cycles menstruels peuvent s’avérer irréguliers chez la femme après la greffe. Veuillez consultez un médecin du service de gynécologie selon les recommandations de votre médecin traitant.
• Le traitement entraînera une perte des sensations de soif, de faim et de goût au cours des trois premiers mois suivant la greffe. Les patients doivent donc boire trois litres d’eau par jour. En boire moins peut entraîner un déséquilibre électrolytique, augmentant la probabilité de tomber malade. D’autres liquides peuvent également venir en aide. Consommez par exemple du lait, du yaourt à boire ou dilué, du thé, du jus de fruits ou de la soupe. Mâchez du chewing-gum sans sucre pour stimuler l’appétit, sucez des bonbons pour retrouver la sensation du goût. Buvez de la limonade faite maison 30 minutes avant les repas si vous avez des nausées.
• Ne buvez pas d’eau de source provenant d’une source inconnue. Ne buvez que de l’eau en bouteille.
• Tout le lait pris à l’extérieur doit être porté à ébullition pendant au moins 15 minutes.
• Consommez des yaourts pasteurisés ou des yaourts faits maison.
• Rincez tous les fruits et légumes, laissez-les dans de l’eau vinaigrée pendant 30 minutes, puis épluchez-les avant de les consommer.
• Mangez des fruits et légumes de saison. Évitez de consommer des aliments transformés et des boissons contenant des additifs.
• Faites bien cuire tous les aliments.
• Ne consommez pas de viandes transformées (salami, saucisses, bacon, pepperoni), d’épices, d’oignons crus et d’ail, de pâte de tomate, de graisses animales, d’abats, de légumineuses séchées, de cornichons, de crèmes, de kebabs, de pizzas, de hamburgers ni toutes sortes de plats préparés. Ne mangez qu’une cuisine faite maison à base de produits frais.
• Faites cuire complètement toutes les viandes et tous les légumes, assurez-vous que les œufs ne soient pas fêlés.
• Ne pas casser de coquilles de noix dans votre bouche.
• Abstenez vous de manger des fraises puisqu’elles poussent au ras du sol.
• Ne consommez pas d’aliments congelés, périmés ou en conserve. Consommez tout aliment dans les 24 heures.
• Conservez les aliments dans des contenants hermétiques.
• Utilisez des gants en latex pour préparer votre nourriture.
• Utilisez un masque lorsque vous préparez de la nourriture pour le patient.
• Faites attention aux dates limites d’utilisation et de péremption de tout aliment.
• Ne discutez pas de sujets pénibles avec le patient. Aidez le patient à garder le moral au beau fixe.

Questions fréquentes

Que sont la moelle osseuse et les cellules souches hématopoïétiques ?
La moelle osseuse est un tissu mou et spongieux qui se trouve à l’intérieur des os. Elle contient des cellules nommées « hématopoïétiques », les cellules souches qui fabriquent les cellules sanguines.
Les cellules souches hématopoïétiques peuvent se diviser pour générer plus de cellules souches sanguines ou se différencier en « globules rouges – érythrocytes », « globules blancs – leucocytes » ou « plaquettes – thrombocytes » qui entrent dans la circulation sanguine. La grande majorité des cellules souches hématopoïétiques se retrouvent dans la moelle osseuse mais on en trouve quelques unes au niveau du cordon ombilical et dans la circulation sanguine.
Quelle que soit leur localisation, les cellules recueillies peuvent être utilisées pour une greffe.

Qu’est-ce qu’une greffe de moelle osseuse?
La greffe de moelle osseuse et la greffe de cellules souches hématopoïétiques soignent les cellules souches endommagées par des doses élevées de chimiothérapie et/ou radiothérapie.

Il existe trois sortes de greffe :

Greffe autologue: On greffe au patient ses propres cellules souches.
Greffe syngénique: La greffe est constituée de cellules souches provenant d’un jumeau identique.
Greffe allogène ou allogreffe: La greffe est constituée de cellules souches recueillies chez un membre de la fratrie ou des parents proches. Un donneur sans lien de parenté peut également être utilisé si approprié.

Comment s’effectue une greffe de moelle osseuse?
Au départ, avant de greffer à une personne ses propres cellules, il faut traiter sa maladie. Le patient sera d’abord traité conformément à la méthode ordonnée par les médecins. Ensuite, des cellules souches seront recueillies et congelées à l’aide de certains médicaments. La dose des médicaments doit être élevée chez ce type de patient. En moyenne, elle est très forte chez le patient la semaine suivant le recueil de cellules souches saines. Des cellules souches saines préservées sont ensuite réadministrées au patient après administration d’une forte dose de médicaments. Cette approche permet aux cellules souches endommagées de se réparer pendant le traitement.

Une greffe autologue est elle risquée?
L’extraction des cellules souches du patient fait courir le risque de recueillir aussi des cellules malades. En d’autres termes, réadministrer des cellules souches congelées au patient peut provoquer une rechute de la maladie en raison de l’apport de cellules malades.

Une greffe allogène est elle risquée?
L’allogreffe met en contact le patient et le système immunitaire du donneur. C’est un avantage, mais on court le risque d’incompatibilité du système immunitaire dans la greffe allogène. Cela peut provoquer une réaction entre le système immunitaire du donneur et les organes du receveur des cellules souches. Ainsi, le foie, la peau, la moelle osseuse et les intestins risquent d’être endommagés. C’est ce qu’on appelle une réaction de « greffon contre l’hôte » qui nécessite un traitement. Ces dommages aux organes peuvent provoquer des insuffisances. Il n’y a pas ce genre de risque avec une greffe autologue.

Les cellules souches du donneur correspondent-elles aux cellules souches du patient dans la transplantation allogène ou syngénique?
Les médecins utilisent principalement les cellules souches qui se rapprochent le plus de celles du patient. Ainsi, on peut minimiser les effets secondaires potentiels. Les être humains possèdent différents protéines à la surface de leurs cellules appelées antigènes leucocytaires humains (HLA). Ces protéines sont définies grâce à un test sanguin appelé le typage HLA.

Dans la plupart des cas, le succès d’une greffe allogène dépend du degré de compatibilité entre les antigènes HLA des cellules souches du donneur et ceux de l’hôte. Plus il y a d’antigènes HLA compatibles, plus la probabilité que l’hôte accepte les cellules souches du donneur augmente. D’une manière générale, un bon niveau de compatibilité entre les cellules souches du donneur et celles de l’hôte minimise le risque de développer la complication connue sous le nom de réaction du greffon contre l’hôte (GVHD).

La probabilité qu’un parent proche, surtout un frère ou une sœur, soit compatible au niveau du typage HLA est plus élevée que chez une personne sans lien de parenté. Seuls environ 25 à 35% des patients ont un frère ou une sœur compatible au niveau HLA. La probabilité de trouver des cellules souches compatibles au niveau HLA chez un donneur sans lien de parenté est légèrement plus élevée – environ 50%. La compatibilité HLA aux donneurs sans lien de parenté s’améliore considérablement lorsque le donneur et le rreceveur ont la même origine ethnique et raciale. Le nombre de donneurs est généralement en augmentation ; en revanche, les personnes appartenant à certains groupes ethniques et raciaux ont moins de chances de trouver un donneur compatible. Un registre de l’ensemble des donneurs volontaires pourrait être utile pour trouver un donneur sans lien de parenté.
Les jumeaux identiques possèdent les mêmes gènes et par conséquent, les mêmes antigènes HLA. Ainsi, l’organisme du patient acceptera une greffe de sa jumelle /son jumeau identique. Cependant, le nombre de jumeaux identiques n’étant pas très élevé, la greffe syngénique est plutôt rare.

Comment recueille-t-on la moelle osseuse pour une greffe?
Les cellules souches utilisées pour la greffe de moelle osseuse sont obtenues à partir d’un cœur liquide appelé « la moelle ». La procédure pour recueillir de la moelle, généralement appelée la « récolte », est similaire pour les trois types de greffe de moelle osseuse (autologues, allogènes, syngéniques). Lors de cette procédure, on administre une anesthésie générale ou locale qui engourdit le donneur en dessous de la taille. Des aiguilles sont insérées dans la moelle osseuse au niveau de l’os iliaque pour extraire la moelle. La récolte dure environ une heure.
La moelle osseuse récoltée est traitée pour éliminer toute trace d’os et de sang. Un conservateur peut être ajouté à la moelle osseuse récoltée qui est ensuite congelée afin de conserver les cellules souches jusqu’à ce qu’on les utilise. Cette méthode est connue sous le nom de cryoconservation. Les cellules souches peuvent être conservées pendant de longues années à l’aide de cette méthode de cryoconservation.

Comment recueille-t-on les cellules souches du sang périphérique?
Les cellules souches du sang périphérique sont obtenues au niveau de la circulation sanguine. Les cellules utilisées pour la greffe sont recueillies grâce à une procédure appelée « aphérèse ou leucaphérèse ». On peut administrer des médicaments au donneur 4 à 5 jours avant l’aphérèse pour augmenter le nombre de cellules souches au niveau de la circulation sanguine. Le sang est recueilli pour l’aphérèse à partir d’une grosse veine au niveau du bras ou à l’aide d’un cathéter veineux central (tube flexible inséré dans une grande veine du cou, du thorax ou dans la région pelvienne). Le sang passe dans un appareil qui recueille les cellules souches. Le sang est réinfusé au donneur et les cellules recueillies sont stockées, L’aphérèse prend généralement de 4 à 6 heures. Les cellules souches sont ensuite congelées jusqu’à leur utilisation chez l’hôte.

Y-a-t-il des risques au don de moelle osseuse?
D’une manière générale, ce don ne génère pas de problèmes majeurs puisqu’une très faible quantité de moelle est extraite. La majorité des risques associés résulte de complications liées à l’anesthésie utilisée pendant la procédure.
La région dans laquelle on recueille la moelle osseuse peut être gonflée et indurée pendant quelques jours. Le donneur peut se sentir fatigué durant cette période. Le corps du donneur reconstituera la moelle osseuse perdue en quelques semaines, mais le temps de récupération nécessaire peut varier selon le donneur. Certaines personnes sont en mesure de retourner à leurs activités quotidiennes en 2-3 jours, tandis que d’autres ont besoin de 3-4 semaines pour reprendre des forces.

Y a t il des risques au don de cellules souches du sang périphérique?
L’aphérèse provoque généralement un minimum d’inconfort. Une personne peut se sentir faible, avoir des frissons, des lèvres engourdies et des crampes aux mains. Contrairement à la greffe de moelle osseuse, pour les cellules souches du sang périphérique il n’y a pas besoin d’anesthésie. Le médicament utilisé pour induire la libération de cellules souches de la moelle au niveau de la circulation sanguine peut provoquer des douleurs osseuses et musculaires, des maux de tête, de la fatigue, des nausées, des vomissements et/ou des troubles du sommeil. Les effets secondaires s’amendent généralement 2-3 jours après la dernière prise du médicament.

Qu’arrive-t-il lorsqu’on greffe des cellules souches au patient?
Les cellules souches vont pénétrer dans la circulation, puis s’installer au niveau de la moelle osseuse où elles vont commencer à produire des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes sanguines. Ces cellules commenceront généralement à produire du sang 2 à 4 semaines après la greffe. Les médecins surveilleront ce processus grâce à de fréquentes numérations de la formule sanguine. Cependant, le rétablissement complet du système immunitaire prendra beaucoup plus de temps. Cette période est habituellement de quelques mois pour les hôtes de greffe autologue et entre un et deux ans pour ceux de greffes allogènes et de greffes syngéniques.

Quels sont les effets secondaires potentiels de la greffe de moelle osseuse ?
Le risque principal lié à ces deux méthodes de traitement est la vulnérabilité accrue aux infections et des saignements dus aux doses élevées du traitement contre le cancer. Les médecins peuvent administrer des antibiotiques aux patients pour prévenir ou traiter les infections. Une transfusion plaquettaire peut également s’avérer nécessaire pour prévenir les saignements et une transfusion de globules rouges peut être nécessaire pour traiter l’anémie. Les patients qui subissent une greffe de moelle osseuse ou de cellules souches du sang périphérique peuvent subir des effets secondaires à court terme tels que des nausées, des vomissements, de la fatigue, une perte d’appétit, des ulcères buccaux, une perte de cheveux et des réactions cutanées.
Les effets secondaires potentiels à long terme sont généralement liés à la chimiothérapie et la radiothérapie avant la greffe. Ils incluent la stérilité (l’incapacité biologique d’une personne à concevoir), la cataracte (opacification du cristallin de l’œil), des cancers secondaires, et des dommages au foie, aux reins, aux poumons et/ou au cœur. Les risques de complications et leur sévérité sont liés au traitement du patient et doivent être gérés avec le médecin prescripteur.

Qu’est-ce qu’une « mini-greffe » ?
Une mini-greffe est une sorte de greffe allogène (qualifiée de non-myéloablative ou greffe d’intensité réduite). Des essais cliniques sont actuellement en cours dont le but est de traiter divers types de cancer, y compris la leucémie, le lymphome, le myélome multiple et d’autres cancers du sang.

La mini-greffe utilise de moindres doses de chimiothérapie ou de radiothérapie pour préparer le patient à la greffe allogène. Les faibles doses de médicaments et de radiation éliminent une partie de la moelle osseuse du patient mais ne l’endommage pas entièrement. En revanche, elle réduira le nombre de cellules cancéreuses et inhibera le système immunitaire pour prévenir le rejet du greffon.

Contrairement à la greffe de moelle osseuse traditionnelle ou à la greffe de cellules souches du sang périphérique, les cellules du donneur ainsi que les cellules du patient continuent à coexister pendant une brève période après la mini-greffe. Lorsque la moelle osseuse commence à fonctionner, les cellules sanguines du donneur provoquent une réaction de greffon contre la tumeur (GVT) et exterminent les cellules cancéreuses encore présentes après le traitement médicamenteux et/ou les rayons anti-cancéreux. On peut administrer au patient des globules blancs du donneur pour rehausser l’effet GVT. Cette procédure est appelée « perfusion de lymphocytes du donneur ».

Critères d’acceptabilité des candidats à la greffe

Critères pour une greffe de cellules souches autologues (myélomes multiples, lymphomes Hodgkiniens et non hodgkiniens, etc.) :
• Âge < 65 ans,
• Fraction d’éjection cardiaque > 50%,
• Bilan de la fonction hépatique ne dépassant pas deux fois la normale
• Explorations respiratoires fonctionnelles : DLCO > 60%,
• Bonne performance du patient.

Critères pour une greffe myéloablative de cellules souches allogènes :
• Âge <55 ans,
• Un membre de la fratrie ayant un typage HLA compatible (6 sur 6 ou 5 sur 6),
• Fraction d’éjection cardiaque > 50%,
• Bilan normal de la fonction hépatique,
• Explorations respiratoires fonctionnelles : DLCO > 60%.

Critères pour une greffe non myéloablative (procédure à dose réduite) de cellules souches allogènes;
• Âge < 65 ans ,
• Un membre de la fratrie ou un parent ayant un HLA compatible.
Critères pour une « greffe de moelle osseuse » en fonction de la maladie et de son stade 

Leucémie myélodysplasique aiguë
• Survenue d’une leucémie lymphoblastique aiguë au décours d’un syndrome myélodysplasique,
• Patients atteints d’une leucémie myéloblastique aiguë sans les anomalies chromosomiques suivantes : (8;21), t (15;17), (Inv16);
• Patients non-répondeurs au traitement de rémission,
• Patients Flt-3 positifs atteints de leucémies lymphoblastiques aiguës

Leucémie lymphoblastique aiguë
• Patients ayant des anomalies chromosomiques associées à un mauvais pronostic comme le chromosome de Philadelphie ou un remaniement de la région 11q23,
• Patients ayant une numération des globules blancs (leucocytes) supérieure à 30 à 50 000 par microlitre au moment du diagnostic,
• Patients dont le système nerveux central ou les testicules sont atteints,
• Patients non-répondeurs au premier traitement de rémission

Syndrome myélodysplasique
• Patients ayant pourcentage de cellules blastiques > 5%,
• Patients ayantun score de risque intermédiaire 1, intermédiaire 2 ou plus élevé,
• Patients présentant une cytopénie sur plus d’un bilan.

Lymphomes non hodgkiniens
1. Lymphomes diffus à grandes cellules;
• À la première rechute (première rechute après traitement),
• Première rémission chez les patients ayant un risque élevé, ou intermédiaire élevé.
2. Lymphome des cellules du manteau; après un premier traitement
3. Lymphome folliculaire;
• Patients ne répondant pas de manière adéquate au premier traitement,
• Patients dont la rémission a duré moins de 12 mois
• Patients présentant une deuxième rechute,
• Patients présentant une transformation en lymphome diffus à grandes cellules B.
Lymphome de Hodgkin
• Patients ne présentant pas de rémission après un premier traitement,
• Patients initialement répondeurs au premier traitement qui ont ensuite fait une rechute
Myélome multiple
• Après un premier traitement (régression des protéines M après 2-4 cures de chimiothérapie)

Nos médecins

 

Histoire des patients

Histoire
de nos patients 
Visualiser   Lire
 

Tous les droits sont réservés
au Groupe Anadolu
Copyright © 2014