L’eau, la vie

La planète terre n’aurait pas été propice à la vie et habitable si l’eau ne constituait pas un élément essentiel pour le développement de sa biosphère.

L’eau est présente dans le corps humain à hauteur de 60 à 65% : tous nos organes contiennent de l’eau, le sang à plus de 80%, le cerveau à 75%, le cœur à environ 80%, les reins à plus de 80%, les organes internes à 70%, les muscles à 76%, les os à plus de 20%…

Elle est l’élément vital indispensable si l’on veut rester en vie, l’eau est même plus nécessaire que les aliments, car on pourrait rester en vie plus d’une semaine sans se nourrir, mais on ne tiendrait pas plus de 3 jours en moyenne sans eau.

Dans cet article, nous allons passer en revue l’importance de l’eau pour notre organisme et son rôle à nous maintenir en vie à travers ses interactions dans les fonctions vitales de notre corps.

Un rôle vital

L’eau intervient dans les moindres détails du fonctionnement de notre corps, allant de la régulation de sa température, aux réactions chimiques nécessaires pour le maintenir en vie, en passant par la régénération cellulaire, le transport des nutriments et l’élimination des déchets.

La majorité de l’eau présente dans le corps passe d’abord par les parois de l’intestin grêle et le côlon pour être absorbée et diffusée dans le sang et la lymphe, qui la transportent vers tout l’organisme. L’organisme ne pouvant pas stocker l’eau, il l’élimine à travers plusieurs organes : les reins filtrent le sang et éliminent les déchets via l’urine, la peau élimine l’excès d’eau par la voie de la sudation ; et par la respiration, les poumons rejettent de l’air qui contient de la vapeur d’eau. Il reste une petite partie dans le tube digestif, plus exactement dans le côlon, pour « produire » les fèces, en plus des composants non digestibles contenus dans les aliments. 

Stock hydrique et soif 

On appelle masse hydrique la quantité d’eau présente dans le corps proportionnellement au poids total, c’est à dire 60% du poids corporel chez l’homme adulte et entre 50 et 55% chez la femme. 

La sensation de soif apparaît quand l’être humain aurait perdu entre 3 à 5% de son stock hydrique. Il s’agit d’un message du cerveau indiquant qu’il faut se réapprovisionner en eau pour pallier ce manque que l’on perd de différentes manières : sous forme de sueur en transpirant, ou d’urine mais aussi sous forme de vapeur en respirant.

Il y a des signaux palpables que notre corps nous envoie en cas de déshydratation en plus de la sensation de soif, variant d’un individu à un autre et selon les habitudes de consommation d’eau. Le signe le plus courant est la couleur des urines. Quand celles-ci sont de couleur jaune clair, ceci veut dire que l’hydratation du corps est bonne, mais à mesure que la couleur tourne au sombre, il faudrait penser à boire de l’eau car il s’agit là d’un signe de déshydratation. 

Remarque : l’urine peut être aussi colorée après consommation de certains aliments riches en pigments comme la betterave, quelques fruits rouges, certains médicaments…etc.

L’eau contre la déshydratation

Puisque tous les organes de notre corps sont constitués d’eau à des pourcentages différents, le manque de cet élément peut entraîner bien entendu une déshydratation qui se transforme en dessèchement (forme plus sévère de la déshydratation) en cas de privation prolongée.

Commençons par la peau : le plus grand organe du corps humain est composé de plus de 65% d’eau. Les types de peau diffèrent et leur hydratation est tributaire de la quantité d’eau absorbée par le corps. Une peau saine est une peau bien hydratée, et l’apport en eau absorbée par le corps y est pour beaucoup dans son hydratation.

L’hydratation ne concerne bien sûr pas seulement la peau mais aussi tous les autres organes, même ceux que l’on soupçonne le moins d’avoir besoin d’eau comme les ongles, les yeux, les cheveux…

Le manque d’eau dans l’organisme peut entraîner des céphalées voire des vertiges, une sécheresse des muqueuses, une sensation de fatigue, une peau moins souple, de la constipation, un rythme cardiaque plus élevé… etc.

Eau et digestion : une facilité que l’on ressent 

Boire de l’eau avant les repas aidera à créer une sensation de satiété pour ceux qui veulent freiner un appétit démesuré. Elle faciliterait aussi le processus de digestion pour l’estomac et l’intestin grêle. Les bienfaits de l’eau vont au-delà de l’estomac et de l’intestin grêle, en aidant à nettoyer le colon et à faciliter le transit intestinal, quand elle est bue en abondance. L’eau est aussi nécessaire dans la formation des selles, car celles-ci sont formées à partir de l’eau qui reste dans le tube digestif et des fibres insolubles pour les éliminer ensuite.

Si vous avez des doutes ou des questions à propos de votre transit intestinal, consultez nos spécialistes en gastrologie à tout moment.

L’eau pendant l’été : un must !

Même si la consommation d’eau n’est pas l’apanage de la saison des chaleurs, car elle doit se faire régulièrement, en toute saison, et même sans sensation de soif, elle reste plus importante en été à cause de la hausse des températures. 

Le corps humain a une chaleur constante (entre 36 et 37.5) qui doit le rester sous toutes les conditions. De ce fait, et en cas d’augmentation de la chaleur, l’organisme utilise le stock d’eau contenu dans le corps grâce au processus de transpiration qui consiste à perdre de l’eau par les pores de la peau afin de le refroidir en s’évaporant. Et pour récupérer la quantité d’eau perdue par la sudation, il est nécessaire de boire en abondance.

La chaleur n’est pas la seule raison pour boire de l’eau car la transpiration abondante peut être aussi le résultat d’une activité physique plus ou moins intense.

Pour toutes vos interrogations sur la consommation d’eau ainsi que l’alimentation, n’hésitez pas à demander de l’aide à nos spécialistes en nutrition, à tout moment.