Open/Close Menu

Cancer et dépistage | Centre médical Anadolu

Toutes les parties du corps humain sont susceptibles de développer un cancer. Le développement de tumeurs cancéreuses peut se faire graduellement, sur une longue période ou dans un temps relativement court, suivant des facteurs bien déterminés, qui changent selon l’environnement, le mode et la qualité de vie, ou survient comme complication suite à des maladies existantes, l’hérédité… etc. 

Lorsque certains signes se manifestent, suite à un doute de la part du médecin traitant ou à des analyses médicales présentant des anomalies, la consultation d’un médecin spécialiste est une nécessité. Le premier réflexe serait de demander un dépistage, puis un diagnostic de certitude, afin de s’assurer qu’il s’agit effectivement d’un cancer. 

Ceci se fait à l’aide de plusieurs méthodes : une biopsie, qui est le prélèvement d’un fragment de la tumeur, directement, par endoscopie, par ponction sous scanner, ou par chirurgie, selon la partie du corps et les organes touchés. L’étape suivante est le bilan d’extension, pour voir si la maladie a touché d’autres parties du corps.

Les signes avant-coureurs peuvent varier selon le type de cancer, mais peuvent converger vers des symptômes communs, génériques : 

  • Douleurs inexpliquées et persistantes 
  • Perte de poids
  • Fatigue
  • Perte d’appétit
  • Nausées et/ou vomissements
  • Hémorragies 
  • Fièvre récurrente
  • Toux persistante… etc.

Un dépistage précoce du cancer peut aider grandement à pallier la propagation des tumeurs cancéreuses et à adapter la bonne méthode de traitement susceptible d’apporter un résultat très positif.

Prenez rendez-vous auprès de notre service d’oncologie pour plus de détails et d’informations.

 

Chirurgie, parce qu’il le faut bien :

La chirurgie est une méthode classique d’élimination des tumeurs cancéreuses, à laquelle recourent les médecins lorsqu’il n’y a pas de risque sur les autres organes, ou lorsque les tumeurs sont petites, car plus la tumeur est petite, plus le taux de réussite est élevé.

Nos équipes pluridisciplinaires prennent en charge différents types de chirurgie oncologique, n’hésitez pas à demander un avis, ou une consultation.

Le principe de la chirurgie est de faire opérer le patient une fois la tumeur localisée, afin de retirer celle-ci, mais aussi d’éventuelles cellules cancéreuses autour d’elle.

 

Chimiothérapie, une méthode ciblée :

Le principe de la chimio est d’administrer un ou plusieurs médicaments actifs qui ciblent l’activité cancéreuse dans le corps et éliminent les tumeurs où qu’elles soient, mais aussi préviennent leur multiplication.

Elle est utilisée notamment avant la chirurgie car son effet peut être de diminuer le volume de la tumeur, ou après l’intervention pour limiter le risque de récidive.

La prise de médicaments se fait généralement par voie intraveineuse à l’aide d’un cathéter. Dans ce cas précis, une prise en charge à l’hôpital est nécessaire. Les médicaments peuvent aussi être administrés par voie orale ou par voie intramusculaire, et cela peut se faire à la maison.

Hormonothérapie, prendre la maladie de revers : Comme il y a des cancers qui se multiplient en la présence de certaines hormones sécrétées par le corps, l’idée derrière l’hormonothérapie est de bloquer l’activité ou la production de ces hormones pour arrêter la propagation des cellules cancéreuses.

Les médicaments administrés pendant une hormonothérapie ont pour effet de réduire la croissance des cellules hormonales, en bloquant la production hormonale ou en s’opposant à son action, et non pas la destruction des cellules cancéreuses directement comme c’est le cas pour la chimiothérapie.

Elle n’est efficace que si le cancer est sensible aux hormones, l’étude de la tumeur déterminera cet aspect et le choix du médicament repose sur cet effet.

L’immunothérapie, une stratégie efficace : L’immunothérapie vise à rendre l’immunité du patient plus forte afin que les défenses de son corps puissent s’attaquer aux cellules cancéreuses.

Alors que beaucoup de traitement de ce type sont en développement, l’immunothérapie spécifique consiste à bloquer spécifiquement des protéines à la surface des cellules cancéreuses et dans leur environnement immédiat pour bloquer le développement tumoral. Elle repose notamment sur l’utilisation de certains anticorps qui sont administrés le plus souvent par voie intraveineuse.

L’immunothérapie active, de son côté, vise à stimuler le système immunitaire du patient pour qu’il réagisse contre les cellules tumorales. Certaines cellules immunitaires sont modifiées génétiquement pour les armer contre la tumeur.

Une autre méthode de l’immunothérapie consiste à présenter un antigène tumoral au système immunitaire via un vaccin, et qui peut déclencher une forte réaction immunitaire.

 

Vous pouvez consulter le profil professionnel de notre professeur en ONCOLOGIE MÉDICALE Prof. DR. BÜLENT KARAGÖZ

 

La greffe, efficace dans certains cas : Il est de coutume de recourir à la greffe de la moelle osseuse ou de cellules souches en cas de leucémie ou de lymphome. La greffe de cellules souches est aussi nécessaire pour reconstituer un stock de cellules sanguines détruites suite à une chimiothérapie agressive, et peut être faite à partir des cellules souches du même patient ou d’un donneur compatible.

Elle permet également de doter le patient avec un nouveau système immunitaire pour améliorer le contrôle de la maladie, celui-ci n’ayant jamais été en contact avec les cellules cancéreuses, les reconnaîtra plus facilement.

 

Vous pouvez consulter le profil professionnel de notre professeur et chef de département d’hématologie- oncologie Prof. Dr. ZAFER GÜLBAŞ  

 

Traitements systémiques, une autre alternative :  En complément des traitements destinés à combattre le cancer, les soins de support ont pour but de limiter les effets secondaires des traitements et la douleur associée à la maladie. 

Dans notre établissement nous disposons d’équipes multidisciplinaires spécifiquement dédiées et spécialisées dans la prise en charge de la douleur, les soins palliatifs, ainsi que le suivi nutritionnel et psychologique.