médecine nucléaire, prostate, cancer, radiologie, anadolu medical center, clinique ,hopital, thyroide, traitement cancer, tumeur

Le dernier traitement ciblant des tumeurs spécifiques d’un stade avancé

La thérapie de médecine nucléaire utilise des radiopharmaceutiques ciblant des tumeurs spécifiques, telles que les métastases de la prostate, de la thyroïde ou des os, irradiant les lésions tumorales dans le cadre d’une stratégie thérapeutique visant à guérir, atténuer ou contrôler la maladie. Il peut être utilisé soit sur des cibles sélectives, soit sur tout le corps.

 

Gallium-68 PSMA PET-CT

Il s’agit de la technologie d’imagerie actuelle la plus performante utilisée pour évaluer la propagation du cancer de la prostate à d’autres organes ou tissus. L’agent spécifique de la prostate appelé PSMA se lie au radio-isotope gallium-68 qui est administré au patient par voie intraveineuse et une imagerie PET-CT est réalisée. Le gallium-68 PSMA se lie à certaines molécules spéciales dans les cellules cancéreuses de la prostate et permet la visualisation des tissus cancéreux. Dans cette méthode, le rayonnement à très haute dose n’est pas administré aux patients.

 

Comment se déroule le procédé PET-CT Gallium-68 PSMA ?

L’imagerie doit être programmée un jour à l’avance. Un rendez-vous est donc pris. Il est attendu 45 à 60 minutes après l’administration de l’agent par voie intraveineuse. Lorsque le patient est dans l’appareil, l’imagerie prend environ 20 minutes et le patient ne doit pas bouger pendant cette période. Le processus peut prendre un total de 2 à 3 heures dans le service de médecine nucléaire. Il est recommandé au patient de boire beaucoup d’eau avant et après l’imagerie, car les radiations restent dans le corps pendant un certain temps (8 à 12 heures) après l’imagerie, il faut s’éloigner des femmes enceintes et des enfants en particulier.

 

Gallium-68 DOTA-TATE PET-CT

C’est la technologie la plus avancée qui peut être utilisée pour le diagnostic des tumeurs neuroendocrines. Les cellules tumorales neuroendocrines ont un récepteur spécial (protéine sensorielle) appelé « somatostatine » à leur surface. DOTA-TATE est un composé peptidique qui peut se lier à ces récepteurs. Lorsqu’il est associé à un agent radioactif appelé « Gallium-68 » et administré au patient, les tissus contenant des cellules tumorales peuvent être visualisés avec une grande précision sur l’appareil PET-CT. Dans cette méthode, le rayonnement à très haute dose n’est pas administré aux patients.

 

Kezban Berberoğlu, MD, spécialiste en médecine nucléaire au centre médical Anadolu, a répondu à quelques questions importantes sur les traitements par radionucléides.

 

Thérapie LUTETIUM-PSMA

La thérapie au lutétium-PSMA (177Lu-PSMA) est une thérapie par radionucléides de plus en plus utilisée pour les patients atteints d’un cancer de la prostate à un stade avancé. Le but de cette thérapie est de réduire la taille de la tumeur et d’arrêter la croissance des cellules tumorales. Dans ce contexte, la progression de la maladie peut être contrôlée et il est possible de soulager les symptômes avancés de la maladie tels que les douleurs osseuses diffuses et la fatigue. Cette thérapie est généralement administrée lorsque la maladie progresse, se propage ou lorsque les effets secondaires d’autres thérapies telles que la chimiothérapie ne peuvent être tolérés par le patient.

 

La thérapie LUTETIUM-PSMA est-elle sûre ?

Le rayonnement utilisé dans cette thérapie est conçu pour tuer les cellules cancéreuses. Injecté dans le corps, le PSMA se dirige vers la tumeur et cible les cellules cancéreuses. Outre les cellules cancéreuses de la prostate, le PSMA se trouve également dans des tissus tels que les glandes salivaires, les glandes lacrymales et les reins. Par conséquent, ces tissus peuvent également être exposés à des rayonnements. Toutefois, cet effet est faible puisque le PSMA adhère directement aux cellules cancéreuses, il ne montre pas les effets secondaires destructeurs de la chimiothérapie. Des effets secondaires tels que bouche sèche, fatigue passagère ou baisse passagère des valeurs sanguines peuvent être observés chez certains patients. Ces effets peuvent être contrôlés par des tests sanguins effectués à certains intervalles dans la période post-thérapeutique. De plus, les patients susceptibles de ressentir des effets secondaires peuvent être identifiés grâce à des tests avant qu’une décision de traitement ne soit prise. Des stratégies thérapeutiques personnalisées spécifiques à chaque patient, étayées par des résultats de tests et des études dosimétriques, garantissent que les effets secondaires sont observés au niveau le plus bas possible.

 

Thérapie LUTETIUM-DOTA-TATE

La thérapie au lutétium-octréotide, [Lutétium-DOTA-TATE (177Lu-DOTA-TATE)] est une thérapie de plus en plus utilisée chez les patients atteints d’un cancer neuroendocrinien avancé. Un autre nom est « Peptide Receptor Radionuclide Therapy » (PRRT). Le but de cette thérapie est de réduire la taille de la tumeur et d’arrêter la croissance des cellules tumorales. Dans ce contexte, à la fois la progression de la maladie peut être contrôlée et il est possible de soulager les symptômes avancés de la maladie tels que les douleurs osseuses diffuses et la fatigue. Cette thérapie est généralement administrée lorsque la maladie progresse, se propage ou lorsque les effets secondaires d’autres thérapies ne peuvent être tolérés par le patient.

 

La thérapie LUTETIUM-DOTA-TATE est-elle sûre ?

Le rayonnement utilisé dans la thérapie au lutétium-octréotide est conçu pour tuer les cellules cancéreuses. Injectées dans l’organisme, des molécules intelligentes ciblant les récepteurs de la somatostatine ciblent les cellules cancéreuses lors de leur cheminement vers la tumeur. Outre les cellules cancéreuses, les récepteurs de la somatostatine se trouvent également dans de nombreux organes différents. Par conséquent, ces tissus peuvent également être exposés à des rayonnements. Toutefois, cet effet est faible et, comme les molécules intelligentes adhèrent directement aux cellules cancéreuses, elles ne présentent aucun des effets secondaires destructeurs de la chimiothérapie. Des effets secondaires tels qu’une diminution temporaire des valeurs sanguines peuvent être observés chez certains patients. Ces effets peuvent être contrôlés par des tests sanguins effectués à certains intervalles dans la période post-thérapeutique. De plus, les patients susceptibles de ressentir des effets secondaires peuvent être identifiés grâce à des tests avant qu’une décision de traitement ne soit prise. Des stratégies thérapeutiques personnalisées spécifiques au patient, étayées par des résultats de tests et des études dosimétriques, garantissent que les effets secondaires sont observés au niveau le plus bas possible.

 

Thérapie au radium

La thérapie au radium est une forme de traitement utilisée chez les patients chez qui le cancer de la prostate a provoqué des métastases au niveau du système squelettique et des os. Le but de cette thérapie est de détruire les cellules cancéreuses dans les os, permettant ainsi aux tumeurs de rétrécir ou même de disparaître. En plus de son effet thérapeutique, il est également utilisé pour soulager les douleurs causées par les métastases osseuses.

La radium thérapie est-elle sans danger ?

Étant donné que le niveau d’énergie du rayonnement utilisé en radiumthérapie est très élevé, son pouvoir destructeur est très élevé. Toutefois, ce rayonnement de type alpha peut parcourir de très courtes distances en raison de sa nature. Par courte distance, on entend ici une longueur égale à la taille de 2 à 10 cellules. En raison des propriétés de ce rayonnement de type alpha, il détruit les cellules cancéreuses de l’os et n’affecte pas les cellules normales saines. Les effets secondaires post-thérapeutiques sont rares et entraînent généralement une diminution temporaire des valeurs sanguines. Par conséquent, les patients doivent être contrôlés à intervalles réguliers après le traitement.

 

Thérapie à l’actinium

Ac-225 PSMA est le nom de l’agent radioactif administré au patient dans le cadre d’une thérapie alpha ciblée dans le cancer de la prostate. Il s’agit d’une forme thérapeutique qui peut être utilisée chez les patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique avancé. Le but de cette thérapie est de réduire la taille de la tumeur, d’arrêter la croissance des cellules tumorales et de les détruire. Les thérapies par radionucléides sont privilégiées lors du traitement du cancer de la prostate lorsque la maladie progresse, se propage ou lorsque d’autres traitements tels que la chimiothérapie sont inefficaces ou que les effets secondaires des thérapies ne sont pas tolérés par le patient. De manière générale, Lutétium PSMA est le premier choix pour les patients qui sont décidés à suivre un traitement par radionucléides. Le lutétium-PSMA est une méthode de traitement qui a été administrée à des milliers de patients en Turquie et dans le monde.

La réduction des symptômes, l’allongement de la durée de vie et l’amélioration de la qualité de vie font partie des principaux objectifs de la thérapie au lutétium-PSMA. Cependant, malgré le traitement par Lutétium-PSMA, certains patients peuvent ne pas répondre au traitement ou la réponse de la maladie au traitement peut être insuffisante. La maladie peut même continuer à progresser malgré le traitement. Il a été démontré dans la littérature médicale que les thérapies alpha ciblées avec l’Actinium-225-PSMA donnent de bien meilleurs résultats dans ce groupe de patients.

 

La thérapie à l’actinium est-elle sûre ?

Le rayonnement utilisé dans la thérapie à l’actinium (AC-225) est conçu pour tuer les cellules cancéreuses. Injecté dans le corps, le PSMA se dirige vers la tumeur et cible les cellules cancéreuses. Outre les cellules cancéreuses de la prostate, le PSMA se trouve également dans des tissus tels que les glandes salivaires, les glandes lacrymales et les reins. Par conséquent, ces tissus peuvent également être exposés à des rayonnements. Cependant, cet effet est très faible et, puisque le PSMA adhère directement aux cellules cancéreuses, il ne présente aucun des effets secondaires destructeurs de la chimiothérapie. Des effets secondaires tels que bouche sèche, fatigue passagère ou baisse passagère des valeurs sanguines peuvent être observés chez certains patients. Ces effets peuvent être contrôlés par des tests sanguins effectués et des examens à certains intervalles dans la période post-thérapeutique.

Nous mettons en priorité l’importance de fournir un environnement optimal qui permet à nos spécialistes en oncologie d’établir le meilleur plan de soin pour chaque cas, et ceci en ayant accès à des technologies fiables et de très grande précision, associées à une approche humaine ou les soins supports ne sont pas facultatifs, mais partie intégrante du traitement.
Par ailleurs, le centre médical Anadolu a reçu l’accréditation ESMO (Integrated Oncology and Palliative Care) pour la 6ème fois avec les services de santé que nous fournissons en respectant avec succès les normes de haute qualité de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO) avec l’approche des Soins Centrés sur le Patient dans le domaine des traitements en oncologie médicale.

 

Demandez un deuxième avis médical









    J'autorise Anadolu Medical Center à utiliser et stocker mes données personnelles